Venir rêver à Paris...

Izis

Je me souviens de ma première fois à Paris à l'âge de 16 ans. Le père d'une amie venait pour son travail et il nous a fait visiter la ville. Il me reste 3 souvenirs : la tour Eiffel si grande, si belle et la vue sur le Trocadéro, les galeries Lafayettes (je n'avais jamais vu autant de fringues réunies au même endroit) et on a perdu le petit frère dans le magasin. Il était débrouillard pour ses 7 ans,  il a donné le téléphone du bureau de son père qui était en plein rendez vous et ça a un peu chauffé pour nous...

Rendez vous à 10 h devant l'hôtel de Ville de Paris avec Ginette pour découvrir Izis photographe humaniste, reporter durant 20 ans à Paris Match. Il a connu l'exil, l'immigration, la culpabilité du survivant mais sa façon d'exorciser a été de rester un rêveur. Au fil de la visite qui est libre,  nous sommes touchées par la beauté,  la poésie, la mélancolie de ces photos et l'humour de cet homme. Surprise de voir des portraits que je connaissais sans savoir qu'il en était l'auteur comme cette image de Colette prise pour Paris Match.

colette_par_izis

Pendant la guerre, il a l'idée de faire le portrait de maquisards et ce sont eux qui ouvrent l'exposition. Je pense alors à mon grand-père qui avait l'âge de ces hommes.

portrait_maquisard

appareil_photo

Ses portraits d'animaux sont emprunts de tristesse.

photo_animaux

De son séjour à Londres pour le couronnement d'Elisabeth II, il rapporte parfaitement l'humour et l'élégance britannique que j'aime tant.

izis_londres

Ces rêveries vous emmènent sur les bords de la Seine où il surprend dans leur sieste des inconnus ou des clochards, des amoureux qui s'embrassent car dans sa Lituanie natale, les hommes et les femmes ne se promenaient pas main dans la main. Le monde du cirque est également présent tout au long de sa vie et et ses rencontres avec Jacques Prévert et Marc Chagall  seront très importantes.  Il sera le seul photographe autorisé à suivre le travail de Chagall pendant la création du plafond de l'opéra Garnier.  C'est ici ou . Cet artiste si discret a été publié 10 fois.

cartes_postales

Petit détour par la boutique de souvenirs

4_cp

Cartes postales qui trouvent leur place dans notre entrée

Après 2 heures de visite, nous traversons la rue de Rivoli et montons au 5ème étage du BHV pour déjeuner à la cafétéria. La vue n'est pas aussi belle que sur le toit du Printemps Haussmann mais la luminosité est très agréable en hiver.

Pas fatiguées, nous filons vers le 9ème arrondissement au musée de la vie romantique. Cette visite est un peu décevante car il n'y a pas d'exposition en ce moment,  le jardin est dépouillé en cette saison hivernale et le salon de thé fermé. Mais nous sommes surtout venues pour voir des objets, bijoux et tableaux ayant appartenus à  George Sand.

george_sand

Son oeuvre a souvent été réduite à de la littérature champêtre alors que ses romans (plus de 80) sont le reflet de la société au 19ème siècle. Elle était journaliste et connaissait aussi bien la musique, que la peinture ou les sciences naturelles. C'était une grande amoureuse et une femme libre en avance sur son siècle.  Je l'ai redécouverte dans le magnifique film de Diane Kurys "Les enfants du siècle"  avec Juliette Binoche et Benoit Magimel qui sont magnifiques. C'est l'histoire d'une passion amoureuse et scandaleuse entre elle et Alfred de Musset. Je l'ai trouvée tellement incroyable que j'ai eu envie de lire et relire cette auteure. J'espère visiter un jour sa maison à Nohant.

musee_romantique

Il fallait être balaise pour entrer avec un attelage dans cette allée. De nos jours, une Austin mini ferait l'affaire. Je serais prête à revenir vivre à Paris dans ces conditions.

C'est un endroit à visiter au printemps pour sa végétation. Cette maison avec son atelier d'artiste et son jardin sont un havre de paix à deux pas de Pigalle. Sur le site de la mairie de Paris, vous pouvez télécharger le programme et réserver vos visites guidées. L'entrée dans les musées de la ville de Paris est gratuite, vous ne payez que pour les expositions temporaires.

Nous avons profité d'être dans le quartier pour aller enfin à la boutique "Les cakes de Bertrand".

cake_bertrand_vitrine

Avec Stéphanie lors de notre promenade de 2007, nous devions aller y prendre le thé mais nous avions trouvé la porte close.  Mieux vaut tard que jamais. Ils ne font plus de restauration mais la boutique mérite le déplacement. Dès le printemps, ils tiennent le salon de thé du "musée de la vie romantique" mais cela reste à vérifier pour 2010.

On aurait tout acheté avec l'amie Ginette. Pour elle, un parfum au nom évocateur d'"une vie à t'aimer" et pour moi, un savon au chèvrefeuille et un badge tour Eiffel. Visiter leur site , c'est un plaisir pour les yeux. L'accueil est charmant et si vous ne pouvez pas vous déplacer, ils livrent en France comme à l'international.

boite_a_savon

Ma boite à savon

Comme il me restait un peu de temps, j'ai traîné mes pieds fatigués dans les boutiques de la gare du Nord et je suis tombée sur cette veste qui n'est déjà plus la mienne. Encore quelques mois et il sera plus grand que moi. Il ne peut déjà plus me piquer mes Converse !

ok_arthur

Avec l'aimable autorisation d'Arthur

Et vous, c'était comment votre première fois à Paris ?